assaillir


assaillir

assaillir [ asajir ] v. tr. <conjug. : 13>
asalir Xe; lat. pop. °assalire, class. assilire « sauter sur »
1Se jeter sur (qqn) pour l'attaquer; attaquer avec violence. agresser , fondre (sur), sauter (sur). Assaillir une troupe, par ext. une forteresse. Être assailli par l'ennemi ( assaillant) .
Littér. L'orage, le mauvais temps les assaillit.
Se précipiter en masse vers (qqn). se ruer. Des journalistes qui assaillent un ministre, une vedette.
2Assaillir qqn de, par. accabler, harceler. Je l'ai assailli de questions.
3(Abstrait) Agir avec force et de manière dangereuse sur (qqn). Les désirs, les tentations qui l'assaillent. exciter, solliciter; tourmenter. « Comment fit-il face aux difficultés nombreuses qui l'assaillirent dès les premiers jours ? » (Renan). « des images sombres et violentes venaient m'assaillir » (France).
⊗ CONTR. Défendre.

assaillir verbe transitif (latin populaire assalire, du latin classique assilire, sauter sur) Attaquer quelqu'un en se jetant délibérément sur lui : Des voyous l'ont assailli dans une rue déserte. En parlant d'une force naturelle, soumettre quelqu'un, quelque chose à une action violente, à un assaut : Des vagues énormes assaillent la jetée. En parlant de quelque chose, accabler quelqu'un, le tourmenter sans répit : Les difficultés l'ont assailli dès sa prise de fonctions.assaillir (difficultés) verbe transitif (latin populaire assalire, du latin classique assilire, sauter sur) Conjugaison Se conjugue comme défaillir, avec le futur et le conditionnel formés sur l'infinitif : j'assaillirai, nous assaillirons ; j'assaillirais, nous assaillirions. ● assaillir (expressions) verbe transitif (latin populaire assalire, du latin classique assilire, sauter sur) Assaillir quelqu'un de questions, de demandes, etc., le harceler, l'importuner de sollicitations incessantes. ● assaillir (homonymes) verbe transitif (latin populaire assalire, du latin classique assilire, sauter sur)assaillir (synonymes) verbe transitif (latin populaire assalire, du latin classique assilire, sauter sur) Attaquer quelqu'un en se jetant délibérément sur lui
Synonymes :
- sauter sur
- se jeter sur
- se précipiter sur
Contraires :
- défendre
- délivrer
- libérer
- protéger
- résister
- tenir bon
En parlant d'une force naturelle, soumettre quelqu'un, quelque chose à une...
Synonymes :
- fondre sur
En parlant de quelque chose, accabler quelqu'un, le tourmenter sans répit
Synonymes :
- obséder

assaillir
v. tr.
d1./d Attaquer vivement à l'improviste. Assaillir un camp militaire. être assailli par les moustiques.
d2./d Fig. Assaillir qqn de questions, le harceler de questions.

⇒ASSAILLIR, verbe trans.
A.— [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] Attaquer vivement et avec violence; se ruer agressivement sur quelqu'un pour le réduire à merci.
1. Rare, vieilli. Assaillir un lieu; assaillir l'abbaye, le château :
1. En me promenant dans le bas côté de l'abside, j'ai aperçu sur le mur une inscription qui rappelle que Mézières fut cruellement assaillie et bombardée par les Prussiens en 1815.
HUGO, Le Rhin, 1842, p. 43.
2. Assaillir qqn :
2. Arrivée dans sa cour, elle [la duchesse] entra dans un vestibule presque semblable à celui de son hôtel; mais tout à coup elle ne reconnut pas son escalier, puis au moment où elle se retourna pour appeler ses gens, plusieurs hommes l'assaillirent avec rapidité, lui jetèrent un mouchoir sur la bouche, lui lièrent les mains, les pieds, et l'enlevèrent.
BALZAC, La Duchesse de Langeais, 1834, p. 295.
3. Un anarchiste, monté sur les épaules d'un camarade, tente de se faire entendre. Il est aussitôt assailli, jeté à terre, frappé. Bagarre.
MALRAUX, Les Conquérants, 1928, p. 112.
P. métaph. Être assailli par l'orage, par la tempête :
4. Il [le chevreuil] s'avança. Une vague faisant ressac sur la plage à pic l'assaillit et le flagella. Il en fut submergé, étouffé, et il vacilla ébranlé jusqu'au fond de lui.
PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 103.
♦ [Sans idée d'agressivité] :
5. Il prête l'oreille une dernière fois, pousse la porte. L'air tiède l'assaille aussitôt d'une caresse si familière, si douce qu'il semble être son propre corps, l'enveloppe subtile de son propre corps, une autre peau.
BERNANOS, Monsieur Ouine, 1943, p. 1435.
Emploi pronom., rare :
6. ... on avait pris à solde plusieurs des bandes qui couraient le royaume, car toute cette guerre ne se faisait encore que par compagnies françaises ou anglaises; elles s'assaillaient et se poursuivaient dans les diverses provinces, assiégeant alternativement les villes ou châteaux qu'elles tenaient.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 1, 1821-24, p. 131.
B.— P. ext. [Le plus souvent au passif] Harceler, importuner.
1. [Le suj. désigne une pers.] Être assailli par les créanciers, par les mendiants :
7. — Laisse-moi voyons! ... Laisse-moi un peu me recueillir! ... Tu m'assailles. Tu m'exaspères! Tu me harcèles! ...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 546.
2. [L'agent est un animal de petite taille] Être assailli par les abeilles, les fourmis, les moustiques
Au fig.
[En parlant de difficultés, de maux, etc.; souvent au passif] Presser vivement en menaçant le bien-être ou la sécurité de quelqu'un :
8. L'homme sème dans l'angoisse, et ne recueille que des larmes et des soucis; la guerre, la famine, la peste l'assaillent tour à tour...
VOLNEY, Les Ruines, 1791, p. 14.
9. ... l'ennemi public qui veut la justice et cherche la vérité, pris entre deux feux, se voit assailli de tous les outrages, de toutes les menaces, de tous les coups, et les braves gens apeurés se terrent, et les timidités se dérobent, et les lâchetés se déchaînent.
CLEMENCEAU, L'Iniquité, 1899, p. 131.
SYNT. Être assailli par l'angoisse, par la douleur, par un pressentiment, par les regrets, par les soucis.
Solliciter, exciter :
10. Notre législation a, pour ainsi dire, fermé les yeux sur les passions qui tourmentent le jeune homme entre vingt et vingt-cinq ans. À Paris, tout l'assaille, ses appétits y sont incessamment sollicités; la religion lui prêche le bien, les lois le lui commandent, tandis que les choses et les mœurs l'invitent au mal...
BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 198.
11. À l'extrême opposé de cet engourdissement par l'ambiance, qui trouve en nous-mêmes ses complicités principales, le réel a pour fonction habituelle de nous assaillir, de nous secouer, de nous sortir au contraire de l'inertie végétative. Il nous étrille si bien que nous avons besoin, à intervalles rapprochés, de nous replier loin de ses prises : c'est ce retrait qu'on appelle le sommeil.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 341.
PRONONC. — 1. Forme phon. :[], j'assaille []. Pour la forme conjuguée, PASSY 1914 note une durée mi-longue sur la 2e syllabe, BARBEAU-RODHE 1930 une durée longue. Harrap's 1963 donne la possibilité d'une prononc. avec [ss] géminées : as|sa|-. À ce sujet, cf. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 319 : le groupe ss ,,se prononce toujours ] ds FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, NOD. 1844, FÉL. 1851 et LITTRÉ; yod ds LAND. 1834, BESCH. 1845 et DG. LITTRÉ rappelle que ,,Palsgrave [...] au XVIe s. dit qu'on prononce les deux s``.
ÉTYMOL. ET HIST. — Xe s. « (le suj. désigne une pers.) attaquer brusquement » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avale, 373 : Qua e l'enfern dunc asalit, fort Satanán alo venquit); 1100 « id. » (Roland, éd. Bédier, 2564 : Entre les altres asaillit le greignur Sur l'erbe verte, ultre ses cumpaignuns); 1180-1200 p. anal. « (le suj. désigne un inanimé) id. » (Alexandre, v. 35 ds Dict. hist. Ac. fr. : Se nous en escapons, ce sera à envis; Quar maintes grant tormente nos ont hui assali).
Du lat. vulg. assalire, réfection d'apr. salire « sauter » du lat. class. assilire « sauter sur » (PHÈDRE, 2, 5, 21 ds TLL s.v., 894, 45), d'où « assaillir » (OVIDE, Met., 11, 526, ibid., 54 : fluctus ut miles ... cum saepe adsiluit defensae moenibus urbis); lat. vulg. assalire (-io, -ii, -itum), (Lex salica, 13, add. 5, ibid., 894, 73 : si quis ... feminam ... adsalierit et vim illi inferre praesumpserit).
STAT. — Fréq. abs. littér. :368. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 498, b) 460; XXe s. : a) 586, b) 540.
BBG. — BRUANT 1901. — DEM. 1802. — DUPIN-LAB. 1846. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 111. — LE ROUX 1752. — MARSHALL (F. W.). Les Poésies de Blondel de Nesle. Une ét. du lex. d'après l'examen des mss, p. 32 (Thèse Univ. Paris, 1958). — NOTER-LÉC. 1912. — POPE 1961, § 367, 947, 949, 972, 975, 1059, 1280. — REMIG. 1963.

assaillir [asajiʀ] v. tr.
CONJUG. j'assaille, nous assaillons; j'assaillais, nous assaillions; j'assaillis; j'assaillirai; que j'assaille, que nous assaillions; que j'assaillisse, que nous assaillissions; assaillant; assailli.
ÉTYM. Xe, asalir; asaillir, 1100; du lat. pop. assalire, lat. class. assilire « sauter sur ».
1 Vx. || Assaillir un lieu, l'attaquer.
2 Mod. || Assaillir qqn : se jeter sur qqn pour l'attaquer; attaquer avec violence. Agresser, attaquer; fondre, jeter (se), précipiter (se), sauter (sur…). || L'ennemi assaillit le camp en pleine nuit.Être assailli par des malfaiteurs. || Nous fûmes assaillis d'une grêle de pierres (Académie), à coups de pierres.
1 Assaillir, venant de salire, sauter, indique quelque chose de brusque et d'imprévu qui n'est pas dans attaquer.
Littré, Dict., art. Assaillir.
2 N'était-ce rien (…) d'entrer dans son Palais de nuit et à main armée de l'assaillir, et de le forcer ?
Bossuet, Hist. des Variations, II, 106.
3 Ses gens m'assaillirent tous ensemble, et me donnèrent tant de coups de bâton, qu'ils m'étendirent sans sentiment sur place.
A. R. Lesage, Gil Blas, III, 7.
Par ext. (Vieilli ou littér.). Entreprendre (une femme), chercher à séduire avec insistance.
4 De tous côtés se trouvant assaillie,
Elle se rend aux semonces d'Amour.
La Fontaine, Contes, II, V, « Oraison ».
3 Assaillir (qqn) de, par… Harceler; accabler, importuner, tourmenter. || Les fâcheux vous assaillent de leurs importunités. || Assaillir qqn par des réclamations continuelles. || Je fus assailli, à mon retour, d'une foule de questions.(Sans compl. second). || Les importuns qui nous assaillent. || Être assailli par une nuée de solliciteurs.
4 Littér. (le sujet désigne un inanimé, notamment le mauvais temps). || L'orage, la tempête, l'ouragan les assaille.
5 Pendant cela le mauvais temps l'assaille
De toutes parts; il n'en peut presque plus.
La Fontaine, Contes, « Oraison ».
6 (…) mais, au retour, le flot l'assaillit, le frappa, le remporta au large (…)
V. Bérard, trad. de l'Odyssée d'Homère.
5 (Abstrait). Littér.(Le sujet désigne une force psychologique). Agir avec force et de manière dangereuse (sur qqn, sa personnalité, etc.). || Les désirs, les tentations qui l'assaillent. Exciter, solliciter. || Être assailli par l'angoisse, par les soucis. Tourmenter.(Le sujet désigne une réalité concrète, le compl. peut désigner une entité). || Les difficultés, les maux qui l'assaillent, qui assaillent le pays, le gouvernement.
7 (…) Les désirs qui pourraient l'assaillir (…)
Molière, l'École des maris, I, 2.
8 Avec cette blessure au cœur, comment le gouvernement du roi Louis-Philippe fit-il face aux difficultés nombreuses qui l'assaillirent dès les premiers jours ?
Renan, Philosophie de l'histoire contemporaine, II.
9 Du jour de ma naissance, d'incroyables malheurs les assaillirent (mes parents) par vingt endroits.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 4.
10 (…) des images sombres et violentes venaient m'assaillir.
France (→ Angoisse, cit. 12).
11 Des souvenirs lancinants surgissent de l'oubli. L'un d'eux, plus pénible que tous les autres ensemble, l'assaillit avec une précision si brutale qu'il prit son front entre ses mains.
Martin du Gard, les Thibault, II, 5.
CONTR. Défendre, garantir, protéger, soutenir. — Délivrer, résister, riposter.
DÉR. Assaillant, assaillement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • assaillir — Assaillir, act. penac. Il vient de Assilire, et signifie livrer ou donner assaut, Impetum facere. Assaillant, en fait de combat en camp clos, Prouocans. Liu. lib. 23. Et en fait de tournoy, Aggressor. Assaillir aucun, Adoriri, Appetere, Inuadere… …   Thresor de la langue françoyse

  • assaillir — Assaillir. v. a. Attaquer courageusement, vivement. Assaillir un camp. ils allerent assaillir les ennemis dans leurs retranchements. il alla assaillir son ennemy teste baissée …   Dictionnaire de l'Académie française

  • assaillir — ASSAILLIR. v. a. J assaille, tu assailles, il assaille; nous assaillons, vous assaillez, ils assaillent. J assaillois. J assaillirai. J assaillirois. Que j assaillisse. Attaquer vivement. Assaillir un camp. Assaillir les ennemis dans… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • assaillir — (a sa llir, ll mouillées, et non a sayir), j assaille, nous assaillons ; j assaillis, nous assaillîmes ; j assaillirai ; j assaillirais ; assaille, assaillons ; que j assaille, que nous assaillions ; que j assaillisse, que nous assaillissions ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASSAILLIR — v. a. ( J assaille, tu assailles, il assaille ; nous assaillons, vous assaillez, ils assaillent. J assaillais. J assaillis. J assaillirai. J assaillirais. Que j assaille. Que j assaillisse. ) Attaquer vivement. Assaillir un camp. Assaillir les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ASSAILLIR — v. tr. Attaquer vivement par surprise. Assaillir un camp. Assaillir les ennemis dans leurs retranchements. Nous fûmes assaillis d’une grêle de pierres. Fig., L’orage nous assaillit. Nous fûmes assaillis d’une furieuse tempête. Jamais tentation… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Assaillir — III гр., (avoir) P.p.: assailli 1) Атаковать, наступать 2) Досаждать, одолевать (о чувствах) Présent de l indicatif j assaille tu assailles il assaille nous assaillons vous assaillez …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • assaillir — vt. => Attaquer, Attraper, Harceler …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Assaillir quelqu'un de questions, de demandes, etc. — ● Assaillir quelqu un de questions, de demandes, etc. le harceler, l importuner de sollicitations incessantes …   Encyclopédie Universelle

  • assaillir une femme —    La baiser; monter, la queue en main, à l’assaut de son vagin.         Jean, cette nuit, comme m’a dit ma mère,    Doit m’assaillir.    GAUTIER GARGUILLE.        Après que ce premier assaut fut donné, la belle recouvra la parole.    CH. SOREL.… …   Dictionnaire Érotique moderne


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.